Revue de presse – Arrestation d’Alexeï Oulioukaïev, ministre du Développement économique

De Moscou – C’est un événement sans précédent dans l’histoire de la Russie moderne : tard dans la soirée de lundi, le ministre du Développement économique russe a été arrêté par le Comité d’Investigation. Alexeï Oulioukaïev est accusé d’avoir “extorqué” un pot-de-vin de $2 millions en échange d’un avis favorable à la privatisation de Bashneft au profit du géant pétrolier russe Rosneft. Oulioukaïev, qui pour l’heure nie toute responsabilité, devient ainsi le premier ministre de la Russie post-soviétique a être arrêté dans l’exercice de ses fonctions, et le dernier d’une longue liste d’officiels arrêtés pour des affaires de corruption ces derniers mois. Continue reading “Revue de presse – Arrestation d’Alexeï Oulioukaïev, ministre du Développement économique”

Advertisements

11 octobre 2016 – Bashneft : la victoire d’Igor Setchine

L’info du jour

Après plusieurs mois d’affrontements, de polémiques, de déclarations équivoques et de silences qui ne l’étaient pas moins, l’un des plus importants feuilletons politico-économiques de l’année russe 2016 touche à sa fin : Rosneft rachètera bel et bien la moitié de la société pétrolière Bashneft, dans un processus de “privatisation” qui consacre Igor Setchine comme l’une des figures les plus puissantes de l’élite russe. Continue reading “11 octobre 2016 – Bashneft : la victoire d’Igor Setchine”

[ARTICLE] Privatisation de Bashneft : une vieille connaissance de Poutine rentre en lice, Rosneft ne se laisse pas faire

La tension monte autour de la privatisation, mainte fois repoussée et à laquelle pas grand monde ne croyait jusqu’à peu, de Bashneft, la sixième société pétrolière de Russie. Le quotidien Kommersant rapporte ainsi la longue liste des entreprises ayant fait montre de leur intérêt à l’acquisition de 50,08% de la société : des Russes bien sûr, avec notamment Lukoil, mais aussi Rosneft et Gazprom, mais aussi les indiens Oil India et Indian Oil, le chinois Synopec, sans oublier les géants Shell, Total, ENI et BP. Une myriade d’oligarques russes comme Guennady Timtchenko, Arkadi Rotenberg ou encore Vladimir Potanin, sont aussi intéressés.

Au milieu de ces poids lourds, l’arrivée d’un “nouveau prétendant” peut sembler un peu dérisoire : car si Antipinsky NPZ est décrite par l’agence RBK comme l’une des plus importantes raffinerie de pétrole indépendante du pays, elle peut au premier abord sembler faire pâle figure face aux géants en lice. Mais la société, possédée à hauteur de 20 % par une connaissance de Vladimir Poutine, a enregistré depuis sa création en 2004 une croissance fulgurante qui pourrait en faire aujourd’hui un compétiteur sérieux. Pas certain néanmoins que cela suffise, alors que la participation de Rosneft signale que la privatisation pourrait prendre un tour plus politique qu’économique.

Vous pouvez consulter la suite de cet article sur la plateforme Medium.