05 mars 2017 – Dans la région de Samara, on fait du covoiturage… en train

L’info du jour

Habile. Pour arrondir ses fins de mois, un conducteur de train de la région de Samara aurait posté de petites annonces sur le site de covoiturage français BlaBlaCar, pour ensuite faire monter les voyageurs dans la locomotive de son train, raconte un portail d’information local. Une inventivité que n’a pas goûtée la compagnie des chemins de fer russes, qui a immédiatement réclamé au site d’information les noms des contrevenants.

samara2
La ville de Samara

“Vladimir”, le voyageur interrogé par news163.ru, ne s’attendait pas à ça : ne trouvant pas son covoiturage sur le parking de la gare de Syzran, il appelle son chauffeur, qui lui intime alors de se diriger vers la voie n°4. “Sur le quai, j’ai été accueilli par un homme souriant, invité dans la locomotive et deux heures et demie plus tard, j’étais à Samara,” raconte-t-il à News163.ru. Tout cela pour 200 roubles (3€) , tasse de thé offerte par le conducteur en prime.

Le salaire moyen d’un conducteur de train en Russie tourne autour de 500€ par mois, avec d’importantes variations en fonction des régions. Dans son article, News163.ru ne précise pas s’il s’agissait d’un événement isolé ou d’un stratagème routinier, affirmant plus loin ne même pas connaitre l’identité de “Vladimir” qui a donné son témoignage anonymement… Histoire amusante donc, mais à prendre avec des pincettes.

Si stratagème il y avait, la publication de l’article devrait en tout cas y mettre en fin : immédiatement après sa mise en ligne, le portail d’information a en effet été contacté par les chemins de fer locaux, appuyés par quelques policiers désireux d’obtenir l’identité de “Vladimir” ainsi que du conducteur du train. Sans succès, précise news163.ru dans un éditorial, qui s’est au passage excusé auprès des employés de la gare pour le souci causé.

samara1
Le trajet emprunté par “Vladimir”

Lancé en 2014 en Russie et en Ukraine, le service français de covoiturage s’est très rapidement développé dans la région, revendiquant son premier million d’utilisateurs après seulement 10 mois (voir mon article sur le sujet), au point que la Russie pourrait être en 2017 le “premier marché de BlaBlaCar” devant la France, d’après son directeur général. Signe du potentiel du marché : jusque-là en situation de quasi-monopole dans le pays, BlaBlaCar doit maintenant faire face à la concurrence de BeepCar, un service similaire lancé par le géant digital russe Mail.ru.

Et si la majorité des trajets se concentrent pour l’heure sur l’axe Moscou/Saint-Pétersbourg, la détérioration des infrastructures de transport (et notamment ferroviaires) dans beaucoup de régions et une crise économique qui pousse de plus en plus de Russes vers les alternatives bon marché pourrait faciliter le développement du covoiturage dans les régions.

La combine employée par le conducteur de train de Samara est facilitée par le fait que, contrairement à la France, BlaBlaCar n’a pas encore introduit de système de commissions (impliquant un paiement en ligne obligatoire) dans tout le pays. Les règlements se font donc dans leur écrasante majorité en liquide, permettant au passage quelques arrangements avec les conditions d’utilisations. Malgré cela, le directeur de BlaBlaCar en Russie s’est montré plus conciliant que les autorités locales: “c’est une bonne histoire, avec une bonne fin”, a t-il déclaré au site russe Roem.ru.

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s