11 novembre 2016 – Un nouveau président russe… dans quelques mois ?

L’info du jour

Ce n’est qu’une rumeur, une de plus, mais c’est la rumeur dont vont parler tous les observateurs de la Russie dans les jours à venir, alors allons-y gaiement : un analyste politique russe réputé comme étant un bon connaisseur des affaires du Kremlin a prédit, dans une interview au tabloïd russe Moskovski Komsomolets, l’annonce d’élections présidentielles anticipées au mois de décembre, et la nomination d’un successeur à Poutine d’ici au printemps prochain. Une affirmation osée… à tel point que l’article a très vite été supprimé, rapporte le site Current Time, dans un article intitulé “Opération Successeur”.

MAJ (11/11) : Une version cache de l’interview est disponible sur internet. Parmi les différences avec le retour qu’en fait Current Time, Solovey présente l’idée d’élections présidentielles anticipées comme quelque chose qui était jusqu’à récemment “très fortement discuté dans les corridors du pouvoir” mais qui semble moins évident maintenant, même si Solovey ne l’exclut tout de même pas. Il insiste néanmoins sur “certaines circonstances”, qu’il refuse de préciser et qui empêcherait le président de continuer à diriger. Une autre hypothèse qu’il envisage est la mise en place d’importantes réformes constitutionnelles qui ferait de la présidence un poste honorifique, ou qui disparaîtrait même complètement : la Russie serait alors dirigé de manière collégiale sur la base de l’actuel “Conseil de Sécurité”, et d’une manière inspirée du système politique chinois.

Pourquoi Poutine quitterait le pouvoir maintenant, alors qu’il n’existe aujourd’hui en Russie aucune opposition crédible à son pouvoir ? L’analyste Valery Solovey, décrit par Current Time comme “bien au fait de la cuisine du Kremlin” et qui avait déjà prédit l’arrivée d’Anton Vaino à la tête de l’administration présidentielle, n’aurait pas été tout à fait clair dans l’article initial : l’article de Current Time listant les principales “thèses” du professeur de la prestigieuse MGIMO (la faculté de Relations Internationales de Moscou où vont étudier tous les futurs diplomates russes) ne mentionne que “quelques problèmes” que connaitrait le président russe, sans préciser lesquels. Néanmoins, Solovey aurait aussi prédit que Poutine n’apparaîtrait que très rarement en 2017, ce qui tendrait à indiquer qu’il pense à des problèmes de santé. Or, cette question de la santé est, note l’expert britannique Mark Galeotti, un “impondérable crucial, peut-être l’un des seul capable de mettre fin à une présidence Poutine“.

Valery Solovey aurait fait dans cet article cinq affirmations principales résumées par Current Time : en décembre de cette année seront annoncées des élections présidentielles anticipées ; Poutine n’apparaîtra en public en 2017 qu'”extrêmement rarement” ; il est nécessaire de tenir des élections anticipées en 2017 car l’année d’après, “tout ira très mal” ; Poutine est déçu de sa réserve de cadres issus des forces de sécurité, et notamment de leur capacité à mettre en place une “politique de paix” ; Poutine est persuadé que tant qu’il sera là, il sera impossible d’améliorer véritablement les relations avec l’Ouest.

Quant au successeur, Solovey affirme qu’il s’agira de Medvedev, tout en notant que le groupe des silovikis “complote activement contre lui“. Leur candidat serait Sergei Ivanov, qui a récemment été renvoyé de son poste de chef de l’administration présidentielle.

Current Time a contacté le rédacteur en chef et propriétaire de Moskovski Komsomolets, qui a affirmé que plusieurs erreurs factuelles ont été trouvées dans l’article, et que les corriger prendra “plusieurs jours“. Solovey a lui refusé de commenter l’article ou sa suppression.

Le monde opaque de la politique du Kremlin se prête bien aux suppositions, et le milieu des observateurs de la Russie n’est pas étranger à ce type de prédictions qui aboutissent généralement à de fiévreuses discussions sur les tenants et les aboutissants de tel ou tel événement : l’analyste Nikolaï Petrov avait ainsi prédit dans un rapport publié en avril 2016 l’effondrement du régime de Vladimir Poutine d’ici moins de deux ans, tandis que la disparition du président russe pendant près de dix jours en mars 2015 avait entraîné un torrent de commentaires spéculant sur les raisons de celle-ci (l’hypothèse “médicale” faisait partie des explications possibles).

La rumeur d’élections présidentielles anticipées flotte elle-même depuis plusieurs mois, même si celle-ci voyait toujours Poutine se succéder à lui-même. L’idée initiale, des élections présidentielles anticipées permettant de faire réélire Poutine avant que la situation économique du pays ne s’aggrave, semble d’ailleurs de moins en moins crédible : la Banque Mondiale a ainsi récemment revu à la hausse ses estimations sur la croissance russe en 2017, prévoyant maintenant un taux de croissance de 1,5%. Pas de quoi se vanter, mais pas d’effondrement non plus.

L’avantage de la prédiction de Solovey, note Mark Galeotti, est de poser des dates précises : s’il ne passe rien d’ici à la fin de l’année, il sera possible de ranger cette théorie aux côtes des autres analyses de Kremlinologie qui ne se sont au final pas vérifiées. Sinon… attachez vos ceintures.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s