Revue de presse – Purge dans la marine russe

L’annonce avait de quoi surprendre dans le monde fermé et peu enclin au scandale de l’armée russe : l’agence de presse RIA Novosti annonçait le 29 juin la mise à pied du commandant en chef de la flotte de la Baltique par le ministre de la Défense, Sergueï Choïgou, pour des “manquements graves“, notamment dans la préparation des troupes. Il s’est pourtant très vite avéré qu’il ne s’agissait pas d’une simple mise à pied isolée, mais d’une véritable purge au sein de la plus ancienne flotte de la marine russe : 50 amiraux et capitaines “de premier rang” ont ainsi pris le même chemin que le vice-amiral Viktor Kravtchouk, rapporte le site Fontanka.ru. Un coup de balai d’une ampleur sans précédent, suivi de près par les spécialistes militaires russes et étrangers.

C’est d’abord le caractère public de l’affaire qui étonne : des experts militaires interrogés par Fontanka ont ainsi exprimé leur surprise que le Ministère de la Défense ait choisi de “laver son linge sale en public“, tandis que le chercheur Dmitry Gorenburg note sur son blog (en anglais) qu’il est “hautement inhabituel” que le renvoi d’officiers se fasse de manière aussi transparente, “plutôt que d’être décrit comme dû à des raisons de santé ou comme un passage à la retraite“.

Comment expliquer cette purge ? Fontanka cite une source anonyme, pour qui l’affaire trouve son origine dans un incident avec la marine polonaise :

Une source au sein du Ministère de la Défense a déclaré à Fontanka que la purge a été précédée d’une inspection surprise, menée par des officiers de l’Etat-major. La raison de l’inspection était l’implication d’un sous-marin russe dans un incident dans la mer Baltique en avril 2016. D’après les médias polonais, un sous-marin de la flotte de la Baltique serait rentré en collision avec un navire de guerre polonais et aurait été sévèrement abîmé, faisant craindre une répétition du naufrage tragique du Koursk (les informations des médias polonais ont plus tard été démenties par le Ministère russe de la Défense). Le commandement de la flotte de la Baltique a ensuite tenté de couvrir l’incident, ce qui a déclenché l’inspection.

Corruption, banditisme & incompétence

Mais l’incident avec un navire polonais n’est que la pointe de l’iceberg. “Pour que la purge soit si importante et si publique, les problèmes au sein de la flotte de la Baltique devaient être extrêmement sérieux et étendus“, dit ainsi Dmitry Gorenburg. Et en effet, au-delà des déclarations officielles (qui parlent notamment de “résultats insatisfaisants” lors d’un exercice de déminage), c’est une vraie litanie de problème -corruption, détournements de fonds et incompétence- que décrit Fontanka et qui illustre le chemin qui reste à parcourir dans la réforme de l’armée russe.

Le site d’information cite ainsi le cas d’une caserne accueillant 73 familles d’officiers dans la région de Kaliningrad et qui se trouvait dans un état déplorable, malgré d’importants fonds alloués à sa construction :”fenêtres brisées, pas d’eau chaude, murs plein de moisissures“. Un état de délabrement qui conduira dans un cas à l’effondrement du quatrième étage d’un bâtiment sur le troisième, par miracle sans faire de victimes. Le problème n’est pas exactement inconnu en Russie : une situation similaire dans une caserne en Sibérie avait entraîné l’année dernière l’effondrement d’un bâtiment et la mort de 23 personnes, comme le rapportait Le Monde à l’époque. Le drame avait été suivi d’un inspection généralisé des casernes à travers tous le pays mais, dit Fontanka, les soldats vivant dans cette caserne furent formellement interdits de se plaindre. C’est un article d’un journal local qui conduira finalement à la fermeture de la caserne.

Au-delà de cette affaire, une corruption rampante conduisait, d’après un colonel à la retraite cité par le site Vzglyad, certains soldats à ne pas manger à leur faim parce que leurs rations étaient détournées. Un “vol permanent” auquel les officiers “ne faisaient pas attention“.

Ce n’est pas tout. L’ex-commandant de la flotte de la Baltique serait aussi en relation avec Victor Bogdan, un gangster russe surnommé le “baron de l’ambre” et sous le coup d’un mandat d’arrêt international. Autre facteur ayant suscité l’ire de Moscou : l’incapacité du commandement à accueillir un nouveau corps d’armée parce que le budget alloué à la construction des baraquements avait “apparemment, était dépensé ailleurs” (manière diplomatique de dire qu’il a été détourné). Il aurait de plus échoué a organiser efficacement la formation d’un groupe inter-armes composé d’aviation de combat, de systèmes antiaériens, d’un corps d’armée et de 4 divisions d’infanterie, le tout placé sous le commandement de la flotte de la Baltique. Lors d’une inspection sur le fonctionnement de ce groupe démarré début mai, le Ministère de la Défense a découvert d’importants problèmes, notamment dans la préparation au combat et la coordination de ces unités. La “goutte qui a fait déborder le vase“, affirme un expert cité par Fontanka.

Un signal

Alors , qu’est ce que tout cela signifie ? Dmitry Gorenburg voit dans ce grand nettoyage un “signal” du centre en direction des responsables militaires que “la corruption qui affecte la préparation au combat ne sera pas tolérée, et sera punie de manière beaucoup plus sévère que l’habituelle mise à la retraite“. De fait, s’il est difficile d’évaluer le niveau de corruption dans les forces armées russes, le renvoi du commandant  de la flotte de la Baltique  tend à renforcer l’idée que la corruption au sein de l’Etat russe est globalement acceptée tant qu’elle ne passe pas un certain seuil (ainsi, dans le cas de l’institution militaire, tant qu’elle n’empêche pas l’armée d’accomplir ses missions).

Igor Delanoë, expert français de la marine russe, considère aussi que cette purge, “la plus importante réalisée au sein de la flotte depuis 1991“, est un “avertissement“. Il note de plus que la flotte de la Baltique, habituellement considérée comme secondaire par rapport à celle du Pacifique et du Nord (et ne bénéficiant du coup pas de programme de modernisation de l’ampleur observée dans les autres flottes), a néanmoins regagné en importance ces derniers mois à la lumière des frictions avec l’US Navy dans la mer Baltique. Dans ce contexte, les dysfonctionnements au sein de la flotte ont pu alors être vu comme une véritable menace, poussant l’Etat-major à agir.

Advertisements

Author: Fabrice Deprez

Je suis journaliste depuis 2015, un travail qui m'a déjà emmené en Ukraine, en Russie et dans les pays Baltes. Parmi mes (nombreux) intérêts se trouvent les transformations économiques et politiques de la région, les questions internationales et les problématiques digitales. Sinon, j'aime écouter du hip-hop russophone et manger du plov.

1 thought on “Revue de presse – Purge dans la marine russe”

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s