8 mars 2016 – Corée : un projet de coopération soutenu par la Russie tombe à l’eau

L’info du jour

La Corée du Sud vient d’annoncer qu’elle suspendait sa participation à un projet de coopération logistique avec la Corée du Nord auquel participait la Russie. La suspension du projet, qualifié par Moscou de “regrettable”, n’est qu’un des volets de la nouvelle série de sanctions mises en place par Séoul après l’essai nucléaire réalisé par la Corée du Nord le 6 janvier dernier.

L’objectif était simple : renforcer la coopération économique entre les deux Corées en restaurant une ligne de chemin de fer de 54 km entre Khassan, petit village russe de 700 habitants à la frontière nord-coréenne, et la ville côtière de Rajin, en Corée du Nord. La ligne de chemin fer aurait permis de faire transiter du charbon jusqu’à Rajin, avant que ce dernier ne soit transporté en bateau vers la Corée du Sud. Le participation de sociétés sud-coréennes devait sceller le caractère “trilatéral” du projet et fournir à Moscou une nouvelle voie d’accès à l’Asie.

151117_p04_officials (1)

Source : The Korea Times

La restauration de la ligne de chemin de fer avait été terminée en 2013 par RasonKonTrans, une joint-venture entre la Compagnie des chemins de fer russes et le ministère nord-coréen des chemins de fer, représentant un investissement de 250 millions de dollars pour la société russe. Un tel projet était dans les cartons depuis les années 1990, avec l’objectif initial de connecter les lignes Trans-sibériennes et Trans-coréennes afin de permettre le transit de cargo depuis la Corée vers la Russie et l’Europe. Mais si la restauration de la ligne en 2013 semblait représenter une véritable concrétisation du projet, celui-ci s’était depuis limité à des tests et n’avait jamais vraiment décollé. Une délégation sud-coréenne s’est ainsi rendue à Rajin en novembre 2015 pour “étudier la faisabilité du projet“, signe du peu d’avancement des négociations.

L’annonce par Séoul de la suspension de sa participation dans le projet (dans le cadre d’une nouvelle vague de sanction contre la Corée du Nord) ne devrait donc pas avoir de conséquences majeures. D’autant que Moscou, qui dispose normalement de bien meilleures relations avec la Corée du Nord que les pays de l’Ouest, s’est cette fois jointe à la vague de critiques ayant suivi l’essai nucléaire nord-coréen. la Russie a ainsi adopté avec le reste du Conseil de sécurité de l’ONU un nouveau programme de sanctions contre Pyongyang (Moscou est parvenue à faire en sorte que les sanctions n’interdisent pas le fonctionnement de la ligne de chemin de fer entre Rajin et Khassan).

Reste à voir comment la Russie et la Chine, qui craignent toutes les deux une chute du régime nord-coréen potentiellement synonyme de chaos et d’avancement de l’influence américaine, vont maintenant gérer leurs relations avec Pyongyang. Le Ministère russe des affaires étrangères a fortement critiqué les menaces de “frappe préventive” lancées par la Corée du Nord, affirmant que de telles menaces pourraient “représenter une base légale à l’utilisation de la force contre le pays”. Mais Moscou s’est dans le même temps indigné des exercices militaires réalisés conjointement par la Corée du Sud et les Etats-Unis, signe que le pays cherche à éviter de trop pencher d’un côté ou de l’autre.

L’idée d’un “pont logistique eurasien” passant par la Corée du Nord semble, elle, bien mal partie.

L’article du jour

38 North – UNSCR 2270: A Conundrum for Russia

Pour rester dans la thématique nord-coréenne, cet article s’intéresse aux dernières sanctions votées par l’ONU, se demandant notamment pourquoi Moscou a accepté de voter des sanctions allant aussi clairement à l’encontre de ses propres intérêts : les restrictions sur l’exportation de minerais et de ressources naturelles en général pourraient faire perdre à la Russie “plusieurs centaines de millions de dollars“, et empêcher la réalisation de projets commerciaux. Pour l’auteur, la Russie s’est retrouvée piégée par un arrangement mis en place il y a près d’une décennie voulant que Moscou approuve les mesures concernant la Corée du Nord décidé par la Chine et les USA. “Cette pratique s’est retournée contre la Russie lors du dernier vote, personne n’ayant cherché à consulter Moscou sur des mesures allant clairement à l’encontre de ses intérêts“, affirme ainsi 38 North.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s