25 janvier 2016 – Un nouveau parti à la Douma ?

L’info du jour

D’après le journal RBC, un nouveau parti d’opposition devrait bientôt faire son apparition en Russie. Quelques mois avant les élections parlementaires, ce parti des entreprises (il n’a pas encore de nom) tentera de défendre les intérêts du monde des affaires.

Il critiquera le gouvernement, mais défendra le slogan “La Crimée est à nous”“, dixit RBC. Il y aurait sans doute beaucoup à écrire sur l’impact de l’annexion de la Crimée sur la scène politique russe : le fait que, deux ans après celle-ci, la question criméenne soit l’une des premières mentionnées après l’annonce de la création d’un nouveau parti n’est sans doute pas anodin.

Critique du gouvernement donc, mais uniquement sur les questions économiques, qu’il s’agisse de “l’incapacité du gouvernement à agir pendant la crise” ou de “son décalage avec la réalité“. “La Russie a aujourd’hui besoin d’une nouvelle politique économique libérale dans le secteur de l’entrepreneuriat, le secteur privé, l’agriculture. Elle a aussi besoin d’une nouvelle politique économique modernisée“.

Le futur dirigeant du parti, Boris Titov, est actuellement le représentant des droits des entreprises au Kremlin (un poste gouvernemental), et a fait partie pendant quelques années du conseil suprême du parti “Russie Unie” de Vladimir Poutine. Le parti ne représentera donc probablement une grande menace pour le gouvernement : de fait, un proche de Titov reconnait dans l’article de RBC que le parti ne parviendra à passer la barre des 5% aux élections parlementaires (le score minimal pour pouvoir obtenir un siège au parlement) que si “le pouvoir reconnait qu’un tel parti est nécessaire“.

Six mois avant les élections, le parti aura de toute façon besoin du soutien des autorités [pour exister]” note le directeur du Centre Levada, un organisme de sondage. Soutien que, d’après une source anonyme “proche du Kremlin”, le pouvoir serait prêt à donner.

Ce nouveau parti rejoindra-t-il en septembre les rangs de l’opposition “systémique” (i.e, autorisé par le Kremlin) ? Faut-il interpréter l’arrivée de ce parti comme une volonté du pouvoir de rassurer des entreprises russes étranglées par la crise mais aussi parfois par les autorités elles-mêmes ? Ce n’est pas encore clair, mais les choses devraient se décanter au fur et à mesure que les élections approchent.

L’article du jour

The Guardian – Caught between Russia and the US? The curious case of Ukraine’s Dmytro Firtash

Un long et passionnant article du Guardian sur les affaires de Dmytro Firtash, célèbre oligarque ukrainien aujourd’hui coincé entre l’Ukraine et les Etats-Unis. Ces derniers sont lourdement soupçonnés d’avoir utilisé une accusation de corruption pour l’écarter du pouvoir ukrainien après la révolution du Maïdan.

Le média social du jour

L’internet russophone, qui commence à avoir de l’expérience dans ces trucs-là, continue de parodier la chute simultanée du rouble et des cours du pétrole. Ci-dessous, c’est Titanic qui sert de métaphore :

Advertisements

1 thought on “25 janvier 2016 – Un nouveau parti à la Douma ?”

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s