22 janvier 2016 – AvtoVaz espère un soutien de l’Etat

L’info du jour

Alors que l’Etat russe entame des coupes drastiques dans son budget pour faire face à un pétrole toujours trop bas et une économie en berne, le constructeur automobile AvtoVaz (dont l’actionnaire majoritaire n’est autre que Renault-Nissan) voudrait bien profiter d’un plan d’aide étatique.

D’après Vedomosti, AvtoVaz cherche à recevoir 2 milliards de roubles du programme d’aide destiné à financer des emplois à temps partiel, qui devrait disposer d’une enveloppe de 5 milliards. C’est donc une énorme part du plan d’aide que la marque contrôlée par Renault cherche à récupérer, ce qui sera sans doute justifié par le poids majeur de l’entreprise. AvtoVaz représente en effet aujourd’hui près de 45 000 emplois, l’écrasante majorité dans la ville de Togliatti. Et alors que les ventes de voitures se sont effondrées de 35% l’année dernière, la situation n’est pas rose pour les employés des constructeurs automobiles (à l’exception de ceux chez Porsche, Rolls-Roys et Lamborghini, les seuls à avoir enregistré une croissance de leurs ventes).

Et si le Kremlin cherche d’un œil à limiter les dépenses et à faire rentrer des recettes, que ce soit par des coupes budgétaires ou par des plans de privatisation (pas encore annoncés, mais les rumeurs se font de plus en plus insistantes), il souhaite aussi éviter autant que possible des plans de licenciement massifs. Alors que les manifestations sur des thématiques sociales et économiques se sont faites plus régulières en 2015, ces derniers représentent en effet une menace politique beaucoup plus crédible et immédiate qu’une opposition moribonde et globalement peu populaire.

C’est dans ce but que le Service de Protection Présidentielle, le FSO, ne se contente plus de protéger le Président et les officiels les plus importants du Kremlin, mais surveille aussi l’activité des régions et notamment le mécontentement social. Il a aussi enfilé ces derniers mois le costume de pompier, tentant d’éteindre au cas par cas les incendies sociaux, résultat de licenciements groupés de plus en plus fréquents. A AvtoVaz, les effectifs ont diminué de 15 % depuis l’année dernière, et le FSO a cherché a limiter la casse. Avec un succès mitigé, d’après Bloomberg. Cela explique peut-être l’arrivée de ce nouveau programme d’aide, qui ne sera sans doute pas le seul : en décembre, le Ministère de l’Industrie a indiqué vouloir augmenter le montant global des aides à l’industrie automobile jusqu’à 50 milliards de roubles. Entre une volonté de réduire les coûts pour s’adapter à la “nouvelle réalité” du pétrole pas cher et un désir de soutenir les industries en crise, 2016 risque en tout cas de ressembler à un véritable numéro d’équilibriste pour le gouvernement russe.

L’article du jour

Reuters – It’s Russia’s turn to learn that stealth warplanes are hard to do

Comme les USA avant elle, la Russie a de gros problèmes avec son programme de chasseur furtif. Cet article du rédacteur en chef de l’excellent “War is Boring” (pour qui votre serviteur a écrit, et admet donc un biais) récapitule les difficultés inhérentes aux avions furtifs, les problèmes spécifiques au T-50 russe et les solutions que Moscou possède.

Le média social du jour

Si elle n’a apparemment pas fait la une des télévisions russes, la manifestation géante organisée à Grozny par Ramzam Kadyrov contre l’opposition a été largement débattue sur l’internet russophone. L’opposant anti-corruption Alexeï Navalny a dénoncé  sur son blog un événement non seulement “honteux”, mais qui représenterait surtout une utilisation illégale des ressources publiques.

Plus sobre, le compte satirique “Все Плохо” (“Tout est naze”) a choisi de moquer le peu de spontanéité de l’événement en publiant cette photo de pancartes balancées une fois la manifestation terminée. D’après les estimations, 700 000 personnes auraient manifestées, soit près de la moitié de la population de Grozny.

 

Advertisements

Author: Fabrice Deprez

Je suis journaliste depuis 2015, un travail qui m'a déjà emmené en Ukraine, en Russie et dans les pays Baltes. Parmi mes (nombreux) intérêts se trouvent les transformations économiques et politiques de la région, les questions internationales et les problématiques digitales. Sinon, j'aime écouter du hip-hop russophone et manger du plov.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s